TTIP Leaks

ttip-1024x348

L’organisation écologiste Greenpeace Niederlande a rendu public aujourd’hui à 11:00 MESZ  les protocoles et documents confidentiels des négociations secrètes sur les modalités d’implémentation du Partenariat transatlantique de commerce et d’investissement ( TTIP – Transatlantic Trade and Investment Partnership)

Les publications de plusieurs journaux, dont la Süddeutsche Zeitung mettent en évidence des divergences importantes entre le contenu des minutes et documents qui leur ont été remis et les prises de position de la Commission Européenne tant vis-à-vis du parlement européen que du public. Malgré la mise à disposition par la Commission européenne aux parlementaires, dans des conditions scandaleuses, de l’ensemble des documents liés au TTIP, il nous apparaît que la transparence nécessaire au maintien des institutions démocratiques n’est pas respectée tant les manoeuvres dilatoires et des propos très éloignés de la réalité des faits ont été tenus par les dirigeants européens.

 

Ne sachant pas combien de temps, les documents vont rester disponible sur le site de Greenpeace, et étant donné que le Conseil Fédéral a déjà évoqué l‘option du strapontin pour la Suisse et afin de permettre de se forger une opinion, vous trouverez ici les éléments mis en ligne:

Le dossier TTIP comme ZIP

Les documents en détails

doc1 National Treatment and Market Access for Goods

doc2 Agriculture [US Market Access]

doc3 Cross-Border Trade in Services Text Consolidation

doc4 Electronic Communications Telecommunications Text

doc5 Government Procurement

doc6 Government Procurement Chapter Additional Information About US-proposed Chapter on Anti-Corruption

doc7 Consolidated Proposed Customs And Trade Facilitation Text

doc8 Tariff and Non-Tariff Negotiations, Rules of Origin

doc9 Regulatory Cooperation doc10 Technical Barriers to Trade

doc11 Sanitary and Phytosanitary Measures

doc12 Competition

doc13 Small and Medium Sized Enterprise SME

doc14 Consolidated Proposed SOE Text

doc15 Dispute Settlement

doc16 Tactical State of Play of the TTIP Negotiations

Publié dans Communiqués, Médias, Nouvelle | Commentaires fermés sur TTIP Leaks

Initiative populaire fédérale « Pour plus de transparence dans le financement de la vie politique (Initiative sur la transparence) »

Initiative-transparence-affiche1

Introduction

Le 26 avril, le Parti Pirate Suisse avec une large coalition de partis, a lancé l’initiative populaire fédérale « Pour plus de transparence dans le financement de la vie politique (Initiative sur la transparence) », si vous désirez soutenir cette initiative vous pouvez le faire en la signant ici:

  • https://wecollect.ch/fr/campaign/initiative-sur-la-transparence/

La formation de l’opinion de nos concitoyen-ne-s mérite-t-elle mieux qu’un paysage politique dont les acteurs masquent leurs intérêts, et refusent la transparence ? Notre démocratie doit-elle souffrir sous le joug du secret et du non-dit ? Non ! Les sommes astronomiques investies dans les campagnes politiques ces dernières années démontrent la nécessité d’avoir une transparence quant au financement la vie politique suisse.

La transparence renforce notre démocratie directe

Il n’existe nul autre pays au monde dans lequel les citoyennes et citoyens élisent et votent aussi souvent qu’en Suisse. Nous pouvons en être fiers.
Les partis politiques ne sont pas seuls à s’engager dans les campagnes d’élection ou de votation, il y a aussi les associations et les entreprises. Lorsqu’elles sont concernées par un objet, elles le défendent ou le combattent, parfois avec des moyens financiers importants. Jouons cartes sur table : il ne s’agit pas d’interdire les dons. Par contre, nous voulons faire la lumière sur la provenance et le volume des montants concernés.

C’est pour cela que nous demandons par le biais de cette initiative que les partis doivent transmettre à la Chancellerie fédérale leurs comptes, ainsi que l’origine de tout don d’un montant supérieur à 10 000 francs. Les personnes ou comités qui dépensent plus de 100 000 francs pour une campagne sont également tenus de déclarer les dons importants.

La transparence améliore le processus de formation d’opinion

Souvent, il ne suffit pas de posséder de bons arguments : seule la publicité payante dans les journaux, sur des affiches ou sur Internet assure une visibilité et permet de les faire entendre.

Au cours des dernières années, l’impact des moyens financiers à massivement augmenté. Pas étonnant donc que quelques groupuscules investissent aujourd’hui des millions dans les campagnes politiques. Les citoyennes et citoyens, sensés se forger leur propre opinion devraient être à même de savoir ce que coûte une campagne d’élection ou de votation et quel généreux donateur la paie.

C’est pour cela que nous demandons par le biais de cette initiative que les personnes ou comités qui dépensent plus de 100 000 francs pour une campagne soient également tenus de déclarer les dons importants.

La transparence renforce la confiance envers le monde politique

En ouvrant leurs livres de comptes, les partis, associations et organisations montrent qu’ils prennent les citoyennes et citoyens au sérieux. Ils leurs offrent la possibilité de se forger leur opinion. Pour ce faire, savoir qui paie quelle campagne est important. Ce n’est qu’en étant bien informé que l’on peut se faire une image claire des intérêts politiques des donateurs et de possibles interdépendances financières.

La transparence renforce la confiance envers le monde politique. Notre système en dépend.

La transparence des partis politiques dans le respect du droit

Au sein du Groupe d’États contre la Corruption (Greco) , la Suisse s’est engagée pour améliorer la transparence et lutter efficacement contre la corruption.
Aujourd’hui force est de constater que les autorités politiques du pays ne respectent pas les accords qu’elles ont signés. Le Conseil Fédéral s’est engagé dans un bras de fer avec le GRECO pour ne pas suivre sur la voie des réformes.
Les recommandations du GRECO sont accessibles et simples à mettre en œuvre :
• d’introduire, pour les partis politiques et les comptes des campagnes électorales, des règles de comptabilité prévoyant une tenue complète et adéquate des comptes ; (ii) de veiller à ce que les revenus, les dépenses, les éléments de l’actif et du passif soient comptabilisés dans le détail, d’une façon complète et présentés selon un format cohérent ; (iii) d’explorer les possibilités de consolidation des comptes en vue d’inclure les sections cantonales et communales des partis, ainsi que les entités qui leur sont directement ou indirectement liées ou relèvent autrement de leur contrôle ; (iv) de veiller à ce que des informations financières adéquates soient rendues facilement et en temps utile accessibles au public; et (v) d’inviter, le cas échéant, les cantons à adapter leur propre réglementation dans le sens de cette recommandation (recommandation i);
• d’introduire une obligation générale pour les partis politiques et les candidats aux élections de communiquer tous les dons reçus (y compris ceux de nature non monétaire) supérieurs à un certain montant ainsi que l’identité des donateurs; (ii) d’introduire une interdiction générale des dons provenant de personnes ou entités omettant de déclarer leur identité au parti politique ou au candidat; et (iii) d’inviter les cantons ne connaissant pas encore de telles mesures à en adopter (recommandation ii);
• de rechercher des moyens d’accroître la transparence du financement des partis politiques et des campagnes électorales par des tiers et (ii) d’inviter les autorités cantonales à engager également une réflexion sur ces questions (recommandation iii);
• d’assurer une vérification comptable indépendante, dans la mesure du possible, des partis politiques qui seront soumis à l’obligation de tenir une comptabilité et des campagnes électorales et (ii) d’inviter les cantons à faire de même (recommandation iv);
• d’assurer de manière effective une supervision indépendante du financement des partis politiques et des campagnes électorales, conformément à l’article 14 de la Recommandation Rec(2003)4 du Conseil de l’Europe sur les règles communes contre la corruption dans le financement des partis politiques et des campagnes électorales et (ii) d’inviter les cantons à faire de même (recommandation v);
• que les règles à établir en matière de financement des partis politiques et des campagnes électorales soient accompagnées de sanctions efficaces, proportionnées et dissuasives (recommandation vi).

Cela fait maintenant plus d’une décennie, que le Conseil Fédéral rechigne à mettre en œuvre ces quelques recommandations du GRECO. Qu’y a-t-il donc à cacher ? Doit-on tolérer plus longtemps le règne opaque de l’argent dans la formation de l’opinion des Suisses ?

Par le biais de notre initiative, nous demandons, ni plus ni moins que l’application des recommandations du GRECO.

La position du Parti Pirate Suisse est claire sur le sujet, et c’est une de nos priorités

« Les parlementaires et leurs partis doivent respecter les normes internationales de transparence et de lutte contre la corruption, et, pour ce faire, la corruption et les pots-de-vin doivent être rendus totalement illégaux. »

Exiger la surveillance totale du citoyen par le biais de moyens orwelliens, mais ne pas vouloir se soumettre au regard du souverain, est-ce là une manière intègre pour les autorités de mener les affaires du pays ? Le Parti Pirate estime que non, et il démontre au quotidien qu’un parti peut et doit être transparent, afin que le citoyen participe pleinement à la construction de notre société.

Il ne s’agit pas d’interdire les dons ou de braquer les projecteurs sur les personnes faisant des dons modestes, mais d’identifier clairement les flux financiers significatifs, permettant ainsi de mieux pouvoir former son opinion en toute transparence.

En conclusion

L’initiative exige que les partis ou comités rendent public leur financement. Les dons anonymes importants sont interdits. Les partis transmettent à la Chancellerie fédérale leurs comptes, ainsi que l’origine de tout don d’un montant supérieur à 10 000 francs. Les personnes ou comités qui dépensent plus de 100 000 francs pour une campagne sont également tenus de déclarer les dons importants. Les chiffres sont rendus publics avant les élections ou votations. Il ne s’agit pas d’interdire
les dons ou de braquer les projecteurs sur les personnes faisant des dons modestes.

Publié dans Communiqués, Médias, Prises de position | Commentaires fermés sur Initiative populaire fédérale « Pour plus de transparence dans le financement de la vie politique (Initiative sur la transparence) »

Carte des caméras de la ville de Sion

videosurveillance

Afin de respecter les exigences en matière de transparence et de protection des données, la Ville de Sion tient désormais à jour une carte des emplacements des caméras de surveillance du domaine public.

Vous pouvez visualiser la carte des caméras de la Ville de Sion!

Base légale communale: Art. 21 bis du Règlement communal de Police (68.4 Ko)

Bon à savoir: toutes les écoles de la Ville de Sion sont susceptibles d’être surveillées par des caméras mobiles (notamment en cas de déprédations), c’est pourquoi vous y trouvez des panneaux indiquant que ces sites peuvent être sous vidéosurveillance. Les emplacements des écoles de Sion.

Le Parti Pirate valaisan salue la mise en place de cet outil simple et accessible à tous. Nous remercions la ville de Sion et son président Marcel Maurer ainsi que le Préposé Cantonal à la Protection des données Sébastien Fanti pour la promotion de la mise en place de ces cartes interactives auprès des municipalités.

Publié dans Communiqués, Médias, Nouvelle | Commentaires fermés sur Carte des caméras de la ville de Sion

Votations cantonales le 28 Novembre 2015

Il y a deux votations cantonales le 28 Novembre 2015. Nos recommandations sont les suivantes :
OUI à l’initiative populaire «Chaque vote compte »
Non à ETS2: application des disposition sur le frein à l’endettement et aux dépenses dans le cadre du budget Canton 2015
1. Acceptez-vous l’initiative populaire «Chaque vote compte » ?
Il s’agit avec ce texte de modifier le système d’élection du Grand Conseil. Les juges de Mont-Repos ont invalidé le système actuel car il ne garantit pas l’égalité des chances, il est impératif de rendre  le système conforme à la décision du Tribunal Fédéral  afin d’assurer une meilleure répartition et de garantir une représentativité accrue avant les élections de 2017. Qu’apportera cette transformation?  La répartition des sièges sera faite sur trois circonscriptions (Haute, Centre et Bas-Valais). Qui chacune compteront  des sous-circonsriptions, nos actuels discricts. Et ce afin que le quorum naturel ne puisse plus dépasser la limite de 10%, ce qui est actuellement le cas  dans certaines circonscriptions! Le but visé est donc d’améliorer la représentation des forces politiques de notre canton en  maintenant le quorum ce qui offrira de  meilleures chances aux petits partis.
Nous soutenons clairement le OUI à cette initiative. Malgré un certain manque d’ambition dans la réforme que nous en déplorions un certain manque d’ambition, Elle nous paraît bien plus acceptable que la réforme R21 refusée par le peuple. Cette initiative ne comporte pas de quota injustifié de sièges réservés au haut-valais et propose 3 circonscriptions au lieux des 6 de R21. Il faut reconnaître que cette initiative est un peut juste pour une réforme totale des du système d’élection, mais elle semble la plus à même de proposer une solution tangible avant 2017 et ainsi éviter que le Gouvernement ne décide par décret. Il sera toujours possible de compléter les dispositions de cette initiative grâce à la création d’une Assemblée Constituante.
2. Acceptez-vous le décret du 16 Décembre 2014, concernant l’application des dispositions relatives au frein aux dépenses et à l’endettement dans le cadre du budget  2015?
En raison de la situation financière compliquée du canton un paquet de mesures a été mis en place comprenant diverses mesures d’austérité.
Les domaines concernés sont les suivants:
– Éducation: réduction des heures d’enseignement de 33 à 32 leçons par semaine
– Les frais de justice: augmentation de la redevance maximale pour les procédures judiciaires de 20%
– Taxe sur les véhicules à moteur: augmentation de 10%
– Impôts I: relèvement du montant minimale pour les  sociétés et coopératives à 200.- .
– Impôts II: augmentation de la déduction maximale pour les primes d’assurance de santé.
– Soins médicaux I: report de 30% du coût des traitements ambulatoires des toxicomanes à la charge des Communes.
– Soins médicaux II: report de 50% du coût des services médicaux à la charge des Communes (à l’exception des 144 centres d’appels)
Nous comprenons que l’État recherche à augmenter sont financement pour rétablir des finances saines, mais cela ne doit pas se faire à n’importe quel prix et surtout pas sur le dos de l’éducation qui est, rappelons le, un investissement dans l’avenir. L’augmentation des frais de justice ne va pas non plus dans la bonne direction, la justice devrait être le plus accessible possible et une augmentation risque de péjorer son accès pour les personnes les plus défavorisées . Afin d’éviter d’augmenter l’impôt des personnes privées, l’État propose plusieurs report de charge sur les Communes. Mais au finale, ce seront les impôts communaux qui augmenteront et au bout de la chaîne, c’est le citoyen qui en fera les frais. Le relèvement du montant minimale pour les sociétés touchera en premier lieu les PME et les start-up qui payent déjà un des impôt les plus élevé de Suisse.
«Non» aux dépenses et frein à l’endettement au détriment de l’éducation, de petits citoyens et les PME. Notre contre-proposition: que les réductions d’impôts précédentes et les allégements fiscaux des bonnes années soit remise à leur état antérieur ! Si nécessaire abolir les forfaits fiscaux, comme l’a fait avec succès le canton de Zurich.
Publié dans Communiqués, Médias, Parole | Commentaires fermés sur Votations cantonales le 28 Novembre 2015

Franc-maçonnerie, amnésie et hypocrisie!

Franc-maçonnerie, amnésie et hypocrisie! 

Le règlement actuel du Grand Conseil prévoit un devoir d’annonce pour une fonction dirigeante, soit l’« appartenance aux organes de direction ou de surveillance de corporations, entreprises, établissements ou fondations »
Or de nombreuses associations fonctionnent de manière purement bénévole et ne perturbent en aucune manière le fonctionnement des institutions démocratiques. Occuper une fonction dirigeante d’une fanfare, d’un club sportif, de joueurs de Jass ou d’un mouvement scout ne pose pratiquement pas de problème de loyauté. Plus que la fonction, c’est bien la rémunération d’un élu de milice ou le financement de son parti qui crée un lien d’intérêt, que l’électorat mérite au moins de connaitre publiquement. 
La proposition d’adaptation du règlement n’apporte malheureusement aucune amélioration sur ce point! Par ailleurs, faire partie d’une loge ou d’un club de services est un élément qui relève clairement de la conscience personnelle et de la sphère privée, qui doit être protégée contre l’intrusion abusive de l’État. 

Continuer la lecture

Publié dans Communiqués, Nouvelle | Marqué avec , , , , | Commentaires fermés sur Franc-maçonnerie, amnésie et hypocrisie!

Assemblée Générale du Parti Pirate valaisan

Pour les élections fédérales 2015, le Parti pirate suisse (PPS) présente des listes dans 6 cantons au total (ZH, BE, SG, ZG, AG, VD). En Suisse romande, il concentre toutes ses forces dans le canton de Vaud, qui grâce à sa population dispose comparativement du plus grand nombre de sièges au Conseil national. Le PPVD présente en effet une liste de très haut niveau, avec les noms de 8 candidats, dont 2 femmes et 1 préfète.

Même s’il s’agit d’une élection fédérale, les différences de procédure entre les cantons sont néanmoins considérables: la chancellerie valaisanne exige en effet le dépôt de signatures de parrainage validées au préalable par chacune des communes concernées. Cela complique considérablement les choses, compte tenu de la dispersion géographique inévitable et d’horaires souvent réduits d’administrations communales de villages.
Dans d’autres cantons, la chancellerie se charge au contraire elle-même de cette opération. Ces formalités administratives bureaucratiques apparaissent totalement obsolètes aux yeux des pirates, alors que la prochaine innovation technologique attendue concernera un système de vote électronique sécurisé, fiable et transparent, à l’image de l’infrastructure développée avec succès par l’État de Genève et approuvée par la Confédération.

Par conséquent, les pirates valaisans revendiquent plus que jamais la modernisation des institutions cantonales et soutiennent activement l’initiative populaire pour l’élection d’une assemblée constituante par le peuple.

En outre, il a été jugé préférable par Comité de PPVs de gagner en visibilité auprès de la population et de se positionner plus souvent sur les sujets cantonaux afin de faire prendre conscience aux électeurs valaisans que le Parti pirate a son utilité et son importance pour le monde politique valaisan.

Dans cette optique, nous allons rédiger un programme spécifique pour répondre aux problématiques valaisannes afin de préparer au mieux les élections communales.

Publié dans Communiqués | Commentaires fermés sur Assemblée Générale du Parti Pirate valaisan

Assemblée Générale du Parti Pirate Valaisan le 29 aout 2015 à Sion

L’AG aura lieu à Sion à la salle Supersaxo
le samedi 29 aout 2015, entre 10h et 12h.

-après l’AG-

Barbecue

SAMSUNG CSC

Nous avons le plaisir de vous inviter à passer un moment sympa entre pirates autour d’une grillade, de bières bien fraiches et d’autres victuailles.
Vous pouvez sans autre venir uniquement à l’AG ou au barbecue. Vos amis, famille et connaissances – pirates ou non – sont évidemment les bienvenu-e-s!

Si vous comptez venir au barbecue, merci de vous inscrire ainsi que de noter la nourriture apportée sur le pad suivant pour une meilleure coordination :

Continuer la lecture

Publié dans Réunion | Commentaires fermés sur Assemblée Générale du Parti Pirate Valaisan le 29 aout 2015 à Sion

R21: retour vers le futur

BackToTheFuture

Le 14 juin, le peuple valaisan se prononcera sur deux questions en rapport avec le projet R21 qui vise à la réforme de l’antique Constitution cantonale.

La première concerne le mode d’élection du Grand Conseil et la seconde concernant l’organisation des autorités valaisannes.

Le système d’élection a été jugé anticonstitutionnel par le Tribunal fédéral, celui-ci donnant beaucoup trop de pouvoir aux partis en place et ne favorisant pas la diversité. Suite à ce jugement, le Conseil d’État propose donc une nouvelle version. Lors des débats au Grand Conseil, deux propositions étaient en concurrence, toute deux s’accordaient sur une diminution du nombre de district passant de 13 à 6. La première proposition soutenait un système d’élection à la double-proportionnel en conservant les anciens districts devenant des sous-arrondissement et la seconde voulait un système proportionnel sans sous-districts.

Le système à la double-proportionnel est compliqué pour le citoyen. Ce système consiste à comptabiliser le score des partis politique pour un arrondissement pour attribuer les sièges, sièges qui seront ensuite répartis par candidats au prorata du score du parti dans l’arrondissement. Ce serait donc le résultat dans l’arrondissement qui viendra pondérer le vote du sous-arrondissement. Comment expliquer au citoyen que l’importance de sa voix dépend des résultats du sous-arrondissement voisin ? Le système prévoit de plus une exception pour l’arrondissement de Sierre qui ne compte pas de sous-district.

Alors que les discussions et consultation sur R21 sont ouvertes depuis plusieurs années, ce n’est que lors du débat finale qu’une partie d’élu haut-valaisan a demandé un quota minimum de 35 députés hauts-valaisans et cela sans rapport démographique. Même si actuellement, le nombre d’élus haut-valaisans dépasse ce nombre c’est une question de principe que de ne pas accepter de brader la démocratie pour des querelles entre les deux cotés de la Raspille. Cette proposition fut ajoutée au projet au dernier moment.

Lors du vote final, le Grand Conseil n’a retenu que la première variante, malgré la demande de la présidente de la commission Laeticia Massy (PLR) qui, vu le résultat très partagé, a plaidé pour laisser le choix au peuple entre les deux version.

La seconde question règle enfin la question des préfets et sous-préfets devenus inutiles et supprime la règle qui ne permet qu’un seul conseiller d’État par district.

Comme nous pouvons le constater, la réforme se contente de répondre au Tribunal Fédéral afin d’éviter une invalidation de toutes les prochaines votations cantonales. Les valaisans gravitent de plus en plus  autours des six grandes villes du canton et les micro-frontières inter-régionales ne doivent plus être un frein à la diversité et à l’ouverture du canton du Valais. Ni la peur du changement, ni les paroles de Maurice Tornay qui menace d’agir par décret en cas de refus devant le peuple ne nous empêcherons de dire un grand NON le 14 juin à un système d’élection trop peu ambitieux et de demander la création d’une Assemblée Constituante, la seule capable de réellement faire entendre la voix du peuple face au Gouvernement.

Publié dans Communiqués, Parole | Commentaires fermés sur R21: retour vers le futur

Cumulus, le cloud en mode Emmental

emmecloud

En juillet dernier, la Confédération a lancé un appel d’offre en vu de se doter de sa propre plateforme Cloud. Aujourd’hui, l’OFIT rend publique le résultat et son choix c’est porté sur les entreprises américaines Teradata et Hewlett-Packard. Le but de la Confédération de baisser les coûts, d’augmenter l’efficacité et la sécurité est certes louable mais le fait de s’équiper avec du matériel américain vas totalement à l’encontre des mesures de sécurité et de confidentialité que se doit d’avoir ce genre d’infrastructure.

En effet, la firme HP est connue pour implémenter des modules permettant à la NSA et ces différents services de récolter toutes les données transitant par les infrastructures concernées. En 2007, on découvrait un backdoor (porte-dérobée) affectant 23 modèles de laptop de la marque.  En 2008, le service ANT (Access Network Technology) qui fournit aux différents services les outils d’espionnages proposait IronChef, un système touchant directement les serveurs Proliant d’HP.

IRONCHEF provides access persistence to target systems by exploiting the motherboard BIOS and utilizing System Management Mode (SMM) to communicate with a hardware implant that provides two-way RF communication. (HP Proliant 380DL G5 server)

En 2010, un nouveau backdoor est apparu dans un système de stockage HP.

Enfin, en 2013, HP doit à nouveau avouer la présence d’un backdoor dans ses systèmes de stockages, une porte ouverte sur un accès administrateur présent depuis 2009.

 

Que faire ?

Malheureusement, HP n’est pas  la seule marque qui connaît ce genre de rapprochement avec la NSA, Cisco ou Dell sont aussi impliquées dans cet espionnage à grande échelle.  Les chinois avec Huawei ainsi les russes prennent part à ce jeu, même si l’on en entend moins parler. Le plus effrayant, c’est que l’on sait maintenant que la NSA implémente ces espions dans le matériel directement, dans les firmwares (des disques dures Western Digital par exemple) ou dans le BIOS des produits américains.

Dès lors, il y a deux pistes à exploiter.

La première consiste à donner le mandat à nos École Polytechniques de développer, en partenariat avec des entreprises suisses, le matériel ainsi que les logiciels indispensable à l’infrastructure d’un Cloud  en se basant sur des logiciels open sources déjà existant. Cette solution a les avantages de donner un superbe essor au développement de la technologie suisse ainsi que que de positionner notre pays sur le marché du Big Data en adaptant la Constitution pour garantir l’identité numérique et en mettant en place un véritable réduit national numérique.

La deuxième solution ou solution du moindre mal consiste à exiger l’inspection des codes sources et du matériel étrangers comme l’a fait la Chine. Mais cette solution ne peut être parfaite car la technologie avançant, il sera de plus en plus difficile de déceler des backdoor infiltrés directement dans les processeurs ou puces électroniques.

La sécurité informatique repose sur 3 axes:
– le facteur logiciel (des entreprises suisses comme Exocloud ou Cloudfoundry sont compétentes dans ce domaine)
– le facteur matériel (un mandat pour l’EPFL serait une bonne solution)
– le facteur humain qui est le plus critique (une formation et un contrôle stricte doit se faire à l’interne)

La Confédération se doit de prendre en compte ces trois axes dans l’élaboration de sa stratégie informatique.  Dans le cas contraire, c’est la porte ouverte à de potentielles attaques sur des infrastructures critiques tel que la défense, la stratégie énergétique et économique. Il faut impérativement se préparer maintenant à faire face à ces nouvelles menaces, lorsque l’on sera mis sous pression par les USA (on à déjà eu un avant goût avec lors de la guerre qu’ils ont remporté sur le secret bancaire)  ou quand l’Union Européenne voudra vraiment affaiblir la Suisse, il sera trop tard…

 

 

Sources :

http://www.ictjournal.ch/News/2015/04/23/HP-deploiera-le-cloud-de-la-Confederation.aspx
http://www.silicon.fr/nsa-backdoors-disques-durs-serveurs-91761.html
http://www.itbusinessedge.com/cm/blogs/weinschenk/security-staffs-must-beware-as-hackers-knock-on-the-backdoor/?cs=13603
https://nsa.gov1.info/dni/nsa-ant-catalog/servers/index.html#IRONCHEF
http://www.securityweek.com/backdoor-vulnerability-discovered-hp-msa2000-storage-systems
http://news.dice.com/2013/07/11/hp-keeps-installing-secret-backdoors-in-enterprise-storage/http://www.zdnet.fr/actualites/la-chine-veut-voir-le-code-source-des-logiciels-etrangers-39813834.htm

Publié dans Médias, Nouvelle | Commentaires fermés sur Cumulus, le cloud en mode Emmental

NON au décret ETS1

Bildung-Betreuung-falscher-Ort-zum-SparenSuite à la votation par le Grand Conseil du décret ETS1 qui met en place un programme d’austérité touchant massivement à notre système éducatif, le Parti Pirate Valais rejoint les critiques déjà formulées par la FMEP.

Nous ne devons pas prétériter les générations futures car l’enseignement représente aussi une richesse et la qualité de la formation de nos jeunes dépend véritablement de cet investissement primordial à garantir pour un niveau de formation élevé et une école performante.

Ces mesures drastiques vont toucher des piliers importants de l’école tels que le titulariat, l’animation pédagogique ainsi que les activités culturelles, sportives et de prévention santé.

Continuer la lecture

Publié dans Communiqués, Médias | Commentaires fermés sur NON au décret ETS1